ConSIMium 2024

Distinction / Prix
Une étudiante de la Faculté de droit de Grenoble joue le rôle de Présidente de la République française au Conseil de l’UE !
Les 8 et 9 avril 2024 s’est tenu l’édition 2024 de ConSIMium, une expérience de simulation du Conseil de l’Union européenne (UE). A cette occasion, des étudiants venus des 27 pays de l’Union européenne ont endossé le rôle de chefs d’état et de gouvernement lors d’une simulation de négociations organisée à Bruxelles sur le thème de l’Intelligence Artificielle (IA). La Faculté de droit de Grenoble y a été dignement représentée par l’une de ses étudiantes, Lauriane Denger, qui nous raconte son expérience en tant que Présidente de la République française au sein du Conseil de l’UE…

Quel est votre parcours universitaire ?

Je suis diplômée d’une double licence droit-langues (anglais-espagnol) option administration et politique internationale (DEGL-DAPI) de l’UGA et actuellement en deuxième année de master Carrières juridiques européennes à la Faculté de droit de Grenoble.

Pourquoi avez-vous choisi de participer au ConSIMium ?

Me destinant à une carrière tournée vers l’UE, cette expérience représentait pour moi l’occasion de découvrir le processus législatif de l’intérieur et de vivre une expérience technique et multiculturelle à l’image des institutions européennes.

Comment avez-vous été sélectionnée au sein de l’UGA ?

La coordinatrice nationale française pour le ConSIMium, Mme Constance Chevalier-Govers, Maître de conférences à la Faculté de droit de Grenoble, s’est rapprochée de mon directeur de master qui lui a suggéré mon nom ainsi que celui d’un de mes camarades avec qui j’ai candidaté. J’ai malheureusement été la seule retenue.

Comment vous êtes-vous préparée à cette simulation ?

L’équipe organisatrice avait mis en place des séances d’entrainement afin de nous former au déroulé des négociations. En complément, notre coordinatrice nationale s’est rapprochée de la Représentation Permanente de la France auprès de l’UE qui nous a exposé les positions françaises vis à vis des textes IA et Cyber.

Quel effet cela fait-il de se retrouver dans les locaux du Conseil européen ?

C’est très impressionnant, le cadre est exceptionnel, le personnel également, on sent vraiment qu’il s’agit d’un lieu de pouvoir, de prise de décisions importantes... Un léger syndrome de l’imposteur en arrivant !

Comment se sont déroulés les deux jours du ConSIMium ?

C’était très intense : 7h45-18h45 non-stop. Quand nos rôles ne nous imposaient pas d’activités liées à la simulation, le Conseil avait mis en place des workshops sur les carrières en son sein. Nous étions dans nos rôles du début à la fin, les négociations ne s’arrêtaient pas.

Comment avez-vous vécu le fait d’incarner la Présidente de la République ?

C’était beaucoup plus exigeant que ce que je pensais ! Tout était réuni pour nous mettre dans des conditions réelles. On s’adressait à moi comme à Emmanuel Macron. De plus, la France jouant un rôle de leader au sein de l’UE, j’étais en permanence sollicitée et épiée. Cela m’a surtout posé difficulté lorsque c’était à moi d’orienter mon équipe et les 26 autres sur des sujets que je maîtrisais moins…

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?

Tellement de choses… J’ai pu mettre en pratique mes connaissances théoriques du processus législatif de l’UE ; approfondir des sujets tels que l’IA, le cyber et le système bancaire et financier ; découvrir les compétences requises par la diplomatie ; rencontrer de nombreuses personnes aux parcours inspirants ; rencontrer aussi beaucoup d’étudiants européens ; être au « cœur du réacteur » ce qui m’a beaucoup appris sur l’aspect humain du projet européen ; et renforcer mes compétences de prise de parole en public (en anglais).

Quelles difficultés éventuelles avez-vous rencontrées ?

Ce qui a été le plus dur pour moi qui ne suis pas très extravertie a été de conduire les discussions, prendre la parole en première, porter des positions fortes et souvent pas unanimes.

Quels moments forts retenez-vous de cette expérience ?

J’en citerai trois. Le premier, lors du tapis rouge et des déclarations à la presse, en présence de la vraie presse ! Le second, lors des discussions avec les membres du Conseil sur leurs métiers et parcours. Le troisième, lors de la soirée de clôture regroupant tous les étudiants autour d’un moment convivial et informel.

Quel est votre projet universitaire et professionnel ?

Actuellement en stage au bureau UE de l’état-major des Armées, je souhaiterais poursuivre dans les relations internationales stratégiques et pourquoi pas intégrer, dans le futur, le Service européen pour l’action extérieure (SEAE).
Publié le  22 mai 2024
Mis à jour le  22 mai 2024