Vie étudiante, International

Interview : Karolina, étudiante polonaise en DU Diplôme de droit français à la Faculté

Karolina, 22 ans, nous raconte son expérience en tant qu’étudiante étrangère sur le campus grenoblois…

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Je suis étudiante en 4ème année de droit. En Pologne, les études de droit durent 5 ans, il n’y a pas de diplôme de licence donc on doit obligatoirement continuer jusqu’au niveau M2. Cette année je suis inscrite au DU DDF. Le choix des matières est assez libre entre des cours de niveaux L1, L2, L3 et M1 mais, du fait de mon parcours universitaire, j’ai surtout choisi des matières en master 1. Mon inscription à cette formation qui dure un an n’était pas du tout prévue ! Normalement je devais juste rester un semestre. Je n’avais pas envisagé de me séparer si longtemps de ma famille et je ne voulais même pas connaître les formations diplômantes possibles à la Faculté. Mais au bout de 3 semaines en France, lorsque j’ai entendu parler du DU DDF, j’ai pensé que c’était finalement mieux de repartir avec un diplôme. Je me sentais bien dans ce pays, je comprenais les cours et j’ai vu que je pouvais gérer à distance les liens avec ma famille.

Pourquoi avez-vous choisi de venir étudier à Grenoble ?

Premièrement, pour me rapprocher de mon copain qui habite à Lyon. Ensuite, j’ai vérifié le classement de l’Université au niveau international et puis les matières disponibles à Grenoble car je voulais étudier la propriété intellectuelle. J’ai aussi obtenu une bourse sans laquelle je n’aurais pas pu venir ici.
J’avais déjà voyagé en France pour le tourisme, notamment à Paris et Lyon, mais c’était la première fois que je partais pour les études. J’ai commencé à apprendre le français en cours à l’Université mais mon problème c’était la communication ; je comprenais bien mais c’était difficile pour moi de m’exprimer. Sinon je parle aussi l’anglais et l’espagnol.

Quel est votre ressenti par rapport à votre vie sur le campus grenoblois ?

Je vis dans une résidence universitaire sur le campus qui m’a été proposée par l’Université. La cohabitation entre les nombreux étudiants se passe bien. Ma chambre a une vue sur les montagnes et je suis tous les jours étonnée de voir comme le paysage change ! En Pologne, c’est très beau aussi mais ici, lorsque je sors dehors le matin, je me dis toujours  « waouh, c’est magnifique ! ».
L’organisation des  bâtiments sur le campus est semblable à ce que je connaissais en Pologne. C’est aussi pour ça que je me sens bien, c’est un environnement familier.
J’ai plus de contacts avec les étudiants étrangers car c’était plus facile de parler anglais au début. J’avais peur de parler français en arrivant, je ne me sentais pas à l’aise, mais maintenant ma communication orale s’est bien améliorée.

Qu’avez-vous découvert de la culture française ?

Ce qui m’étonne le plus dans la culture française c’est les horaires des repas ! En Pologne, le petit déjeuner est très important, puis le déjeuner se prend après 14h et le soir le repas est léger et se prend quand on veut (de 18h à 21h, selon les familles).
J’ai été surprise de voir qu’ici les cours s’arrêtaient entre midi et deux heures ! En Pologne, on mange si on a le temps, dans l’après-midi, souvent seul. En France, tout le monde mange en même temps, c’est quelque chose de sacré ! Sinon je préfère la nourriture polonaise même si la cuisine française me plait aussi… sauf les grenouilles et les escargots que je ne veux surtout pas goûter !

Quel bilan tirez-vous de votre expérience ?

Pour moi, le plus important est que j’ai pu mieux apprendre la langue française. C’est encore difficile de suivre un cours magistral et de prendre des notes mais une fois chez moi je relis le cours pour mieux le comprendre et puis il y a Google traduction ! Je suis convaincue que c’est nécessaire de venir en amphi pour entendre les cours et puis j’aime le fait que les étudiants puissent poser des questions s’ils ne comprennent pas quelque chose, ce qui n’est pas automatique en Pologne. C’est aussi très bien que les examens soient à l’oral. Vraiment, je recommande à tous les étudiants de vivre cette expérience, cela permet de s’ouvrir au monde, c’est la meilleure des choses à faire pendant les études !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

La validation de mon M2 est déjà en partie réalisée cette année avec les cours que j’ai choisis en France (il restera la validation des séminaires). Je me dis : pourquoi pas faire ma dernière année à Prague ? C’est plus proche de mon pays, la langue est plus facile et le système plus semblable. Ensuite, je souhaite travailler dans le domaine de la propriété intellectuelle, en entreprise ou comme avocate. J’envisage de travailler en Pologne ou en France.
Mis à jour le  7 mars 2018