Cette préparation est assurée par l'Institut d'études judiciaires de la Faculté de droit de Grenoble, en partenariat avec la Faculté de droit de l'Université Savoie Mont Blanc.

Présentation de la Formation


L’École nationale de la magistrature (ENM) organise chaque année trois concours permettant d’accéder aux fonctions de magistrat dont les épreuves présentent des similitudes telles que la préparation de l’IEJ est ouverte aux trois catégories de candidats.

L’objectif des enseignements est d’actualiser les connaissances mais aussi d’apprendre aux candidats à les mobiliser au mieux pour réussir ce concours réputé difficile. Cette préparation repose sur une large collaboration entre magistrats et enseignants-chercheurs qui permet à l’IEJ de Grenoble d’enregistrer un satisfaisant taux de réussite.

Pour obtenir toutes les informations nécessaires sur cette formation (présentation, programme, admission, débouchés), consultez la fiche "Préparation au concours d'entrée à l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM)" du catalogue de formation de l'Université Grenoble Alpes.

Le DU Carrières judiciaires


Cette formation est réservée aux étudiants inscrits à la préparation ENM. La délivrance du diplôme permet de valoriser le travail effectué au sein de cette préparation.

Pour une présentation complète de cette formation, consultez la fiche "Diplôme d'université Carrières judiciaires" du catalogue de formation de l'Université Grenoble Alpes.

Le concours de l'ENM


L'École nationale de la magistrature (ENM) organise chaque année trois concours permettant d'accéder aux fonctions de magistrat :
  • le premier concours (concours externe) est ouvert aux étudiants. Il offre depuis deux ans plus de 200 postes pour plus de 2000 inscrits ;
  • le deuxième concours est réservé aux fonctionnaires (une vingtaine de postes chaque année) ;
  • le troisième concours est ouvert aux personnes justifiant de 8 années d'activité professionnelle ou d'un mandat électif (moins de 10 postes proposés).
Nul ne peut se présenter plus de trois fois à ce concours.

Les épreuves

Avec la réforme, les épreuves du premier concours ont changé : il comporte désormais cinq épreuves écrites d'admissibilité et, pour l'admission, plusieurs oraux.

Admissibilité :
  • une composition (5 heures) de connaissance et compréhension du monde contemporain portant sur une question posée aujourd’hui à la société française dans ses dimensions judiciaires, juridiques, sociales, politiques, historiques, économiques, philosophiques et culturelles ;
  • une composition (5 heures) portant, au choix du jury, sur le droit civil et la procédure civile ou sur un sujet de droit pénal et procédure pénale ;
  • un cas pratique (3 heures) portant sur un sujet de droit civil et de procédure civile ou sur un sujet de droit pénal et de procédure pénale, dans la matière autre que celle choisie par le jury pour l’épreuve de composition ;
  • une note de synthèse (5 heures) à partir de documents se rapportant à des problèmes judiciaires, juridiques ou administratifs ;
  • une épreuve de droit public (3 heures), portant sur 2 questions.
Admission :
  • une épreuve de mise en situation et d'entretien avec le jury ;
  • une interrogation orale portant sur le droit l’union européenne ou droit international privé ou droit administratif (au choix du candidat) ;
  • une interrogation orale portant sur le droit social ou droit des affaires (au choix du candidat)   ;
  • une épreuve orale de langue vivante obligatoire (anglais) ;
  • une épreuve orale de langue vivante facultative (allemand, espagnol, italien, arabe).