Le master «carrières juridiques européennes» (CJE) vise à former des juristes européens de haut niveau susceptibles d’occuper à la fois des emplois dans le domaine contentieux et dans les domaines plus larges de l’assistance  et de l’exécution de la décision,  des activités opérationnelles de terrain,  et de l’expertise juridique. Le spectre de la formation a été défini de manière volontairement large afin d’étudier non seulement le droit issu de l’Union européenne (UE) mais aussi celui du Conseil de l’Europe (COE) en mettant en exergue les interactions respectives de ces deux grands ordres juridiques européens.

Par la participation d’un réseau dense d’intervenants extérieurs qualifiés et impliqués dans la formation, par une pédagogie active et innovante (simulations de négociation, de procès, réponse aux appels d’offres, séjours d’études à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg), par une ouverture aux mobilités des étudiants impliquant la double et co-diplomation avec des partenaires étrangers, le master intègre la diversité du rôle de juriste dans le domaine européen et s’inscrit résolument dans la diversification des débouchés professionnels inhérente à l’européanisation  du droit.

Pour obtenir toutes les informations nécessaires sur cette formation (présentation, programme, admission, débouchés), consultez la fiche "Master 2 parcours carrières juridiques européennes" du catalogue de formation de l'Université Grenoble Alpes.

Partenariats à l'international

Les étudiants du Master 2 Carrières juridiques européennes ont l’opportunité de candidater pour les mobilités internationales d’un semestre suivantes :
  • Université de Genève (Suisse), Global Studies Institute au premier semestre : Site web
  • Sarrebruck (Allemagne) Europa Institut au second semestre : Site web
  • Nijni-Novgorod (Russie) au second semestre (cours en russe ou bien en français) : Site web

Actualité : 4 étudiantes remportent le prix du meilleur mémoire dans un concours international de plaidoirie

Quatre étudiantes du master 2 « Carrières juridiques européennes » (CJE) sont allées représenter l’Université Grenoble Alpes au « European Human Rights Moot Court Competion » (EHRMCC) à Strasbourg, accompagnées par leur «coach», Mme Charlotte Philippe, doctorante au CRJ.

Pour la première fois, l’Université de Grenoble a participé à l’EHRMCC, concours international de plaidoirie en anglais autour du droit de la Convention européenne des droits de l’homme. Le concours se déroule en deux phases : une première phase écrite, où les étudiants rédigent un mémoire en défense et un mémoire en accusation pour répondre aux différentes problématiques juridiques d’un cas fictif, puis une phase orale à laquelle les 20 meilleures équipes sont qualifiées. Cette deuxième partie se déroule à Strasbourg, dans les locaux du Conseil de l’Europe et de la Cour européenne des droits de l’homme. Cette année, les étudiants devaient analyser la situation d’une mère refusant de vacciner son bébé à cause de ses croyances religieuses. Le sérieux et la qualité des deux mémoires préparés par l’ensemble des étudiants du M2 CJE ont permis à la Faculté de droit d’être la seule équipe française qualifiée pour la phase orale, qui s‘est déroulée du 2 au 5 mai 2018.

Les étudiantes du M2 CJE, Cassandra Paulet, Marine Annette (plaideuses), Coline Bouvier et Lucile Monnier (conseillères juridiques) ont ainsi affronté une équipe du King’s College de Londres et une équipe de l’Université de Sofia. Leurs prestations ont été félicitées par les juges du concours. Si l’équipe de Grenoble n’a pas gagné la finale orale du concours, elle peut toutefois se vanter d’avoir gagné à la fois le prix du meilleur mémoire en accusation et celui du meilleur mémoire en défense. Un excellent résultat qui motive le master à poursuivre cette expérience très enrichissante les années à venir !

Marine Annette :
« En tant que plaideuse, j’ai eu l’occasion d’être confrontée, lors de la phase finale du concours à Strasbourg, aux critiques constructives de juristes travaillant à la Cour européenne. Je recommande vivement à tous les prochains étudiants du M2 CJE de s’investir pleinement dans la préparation de ce concours qui représente un réel plus à la formation offerte ».

Coline Bouvier : « Mon expérience en tant que conseillère juridique m’a beaucoup appris, tant en termes de rigueur juridique que de travail de groupe et de maitrise de la langue anglaise. Alors que je n’envisageais pas sérieusement cette possibilité auparavant, ce concours m’a réconciliée avec l’idée de peut-être, un jour, passer le barreau ».

Lucile Monnier : « Faire les mémoires et préparer l’oral a demandé beaucoup d’implication et de travail personnel tout au long de l’année, mais cela en valait vraiment la peine. La semaine à Strasbourg a été enrichissante sur tous les plans et nous a permis de faire la connaissance d’autres participants venant de toute l’Europe. Cela restera un des meilleurs souvenirs de mon parcours universitaire ».

Cassandra Paulet : « Ce fut une belle expérience intellectuelle m’ayant permis de mobiliser les enseignements reçus à la Faculté de droit et de les appliquer à un cas d’espèce. Remporter les prix de meilleures observations écrites pour le requérant mais aussi pour le défendeur aura été l’aboutissement d’un travail collectif ayant mobilisé la participation de tous les étudiants du master 2 CJE et je remercie la Faculté de droit pour avoir été le cadre nous ayant permis d’y participer ».

> Article rédigé par Mme Constance Chevallier-Govers, responsable pédagogique du M2 CJE durant l'année 2017-2018, avec les témoignages des étudiantes ayant participé au concours.