Emploi, Formation, Orientation et insertion

De l'alternance à l'embauche

Témoignages de M. Rosset-Boulon, ancien étudiant du M2 droit de la banque et des opérations patrimoniales, et de M. Martiner, responsable d’agence au Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes.
Le master 2 droit de la banque et des opérations patrimoniales a été ouvert, en septembre 2016, à la Faculté de droit de Grenoble. Organisée en partenariat avec le Centre de formation de la profession bancaire (CFPB), cette formation est principalement destinée à des étudiants en alternance, liés à un établissement bancaire par un contrat de professionnalisation. Nous avons rencontré à ce sujet M. Florian Rosset-Boulon, ancien étudiant de ce master, aujourd’hui Conseiller spécialiste Epargne et placements financiers au Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes où il a effectué son alternance, ainsi que M. Martiner, responsable d’agence dans le même organisme bancaire.



Interview de M. Florian Rosset-Boulon, diplômé de la Faculté de droit de Grenoble :

Quel est votre parcours universitaire ?

J’ai débuté mon parcours universitaire par un DUT Carrières juridiques option banque/assurance à l’IUT2 de Grenoble. Souhaitant poursuivre mes études, j’ai continué à la Faculté de droit de Grenoble en licence puis en M1 dominante droit privé. Après un premier M2 droit notarial, j’ai décidé de m’orienter vers la gestion de patrimoine pour avoir plus de contact client dans ma vie professionnelle. J’ai ainsi postulé au M2 droit de la banque et des opérations patrimoniales l’année où ce master a été créé.

Pourquoi avez-vous choisi ce M2 ?

J’ai tout de suite été convaincu par cette formation car je recherchais un master en alternance pour avoir une expérience professionnelle dans le secteur bancaire. Cette formation permet d’obtenir une expérience et un réseau en une année. Le fait d’avoir un M2 attribué par la Faculté de droit, le certificat Conseiller Patrimonial du CFPB, l’AMF (1) et le certificat Voltaire (2) a influencé mon choix par rapport à d’autres formations plus classiques. Enfin, les connaissances en droit, fiscalité, successions sont utiles pour conseiller les clients patrimoniaux et être un vrai professionnel.

Comment avez-vous trouvé votre organisme d’accueil ?

Je savais que trouver une alternance été très difficile. Dès le mois de février j’ai commencé à prospecter. Les débuts ont été difficiles puis j’ai participé à un forum de l’emploi de la bancassurance où j’ai notamment postulé auprès du Crédit Agricole. J’ai passé un premier entretien de 10 minutes au forum puis un entretien avec le directeur de région et le directeur d’agence pendant 1h15 qui s’est avéré fructueux.
Au cours des entretiens, j’ai mis en avant mon expérience professionnelle. J’avais effectué deux stages chez un notaire pendant mon DUT et travaillé deux étés comme caissier.
Mais surtout j’ai été agent de location dans une agence immobilière à Grenoble deux étés de suite. Il s’agissait de mon argument phare pour démontrer mon appétence commerciale. Mon stage de deux mois en expertise immobilière chez un notaire a aussi compté.

Quel poste avez-vous occupé durant votre alternance ?

J’ai fait mon alternance au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes en tant que Conseiller spécialiste Epargne et Placements financiers en alternance. J’avais une clause de mobilité sur la région Sud Est Lyonnais (Vienne, Péage de Roussillon, Beaurepaire, St Symphorien d’Ozon), j’ai donc pas mal navigué.
De septembre à décembre j’ai fait de l’accueil, de la prospection commerciale, des entretiens en binôme. L’objectif était de maîtriser les produits, les procédures et l’organisation de l’entreprise. De janvier à septembre j’ai fait les entretiens seul (épargne, PEA (3), PEL (4), assurance-vie, crédit conso, réaménagement de prêt immobilier, entrée en relation….). Cela m’a permis de faire mes preuves au niveau commercial.
Je gagnais 1001 euros nets par mois.

Comment s’est déroulée votre alternance ?

Le rythme était très intense : 39h par semaine en entreprise (plus les trajets) et 35h par semaine de cours. Heureusement les partiels étaient relativement bien répartis tout au cours de l’année. Je n’ai eu que très peu de congés car ceux que je posais furent des périodes de révisions. Les soirées étaient aussi à rallonge avec la rédaction du mémoire.
La principale difficulté est d’arriver à être performant à l’école et en entreprise. Les exigences ne sont pas les mêmes. Il faut aussi se battre pour avancer dans les compétences professionnelles et s’ouvrir des perspectives.
Rien n’arrivera tout seul… Le travail doit être très régulier à la Faculté car il est impossible en travaillant de faire les révisions d’un semestre en  4 jours. Il faut commencer à rédiger le mémoire en février avec un plan très détaillé pour ne pas se retrouver coincé avec les partiels de juin. En entreprise, il faut poser des questions, être intéressé, montrer que l’on veut avancer.

Quel est votre poste actuel ?

J’ai été embauché en CDI en tant que Conseiller spécialiste Epargne et placements financiers au Crédit Agricole de Beaurepaire le 9 septembre 2017. L’embauche a été immédiate à la suite de mon alternance (le directeur de région a validé mon dossier).
Majoritairement mes objectifs concernent l’épargne (fonds ouverts, obligations, PEA, mandat de gestion, Pinel….). Je dois aussi commercialiser des assurances IARD (5), faire des entrées en relation, crédits, réaménagement de prêt…. de manière plus annexe.
Je gagne 30000 euros bruts annuel, plus intéressement, sachant qu’une grande partie du salaire est variable (en fonction de l’atteinte des objectifs).


Interview de Monsieur Martiner, responsable d’agence au Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes :

Sur quels critères de sélection avez-vous choisi votre alternant ?

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes recrute des étudiants en alternance à différents niveaux (bac+3 et bac+5). Les formations sont diverses : IAE, école de commerce, université. La personnalité et le profil commercial de l’étudiant doivent bien sûr être prépondérants lors de l’entretien d’embauche.
L’aisance orale, le sens du contact client, les expériences dans le commerce seront prises en compte. La formation devra en outre être en adéquation avec les besoins de l’entreprise.

Etes-vous satisfait de la formation M2 droit de la banque et des opérations patrimoniales proposée par la Faculté de droit de Grenoble ?

Cette formation a fait ses preuves. Les étudiants ont acquis des compétences juridiques et fiscales. Les compétences commerciales et de relation client étaient enseignées par les professeurs du CFPB dont le Crédit Agricole est un partenaire.

Quels sont, selon vous, les avantages du contrat de professionnalisation ?

Le contrat de professionnalisation permet de former des jeunes collaborateurs aux méthodes et aux produits de l’entreprise. Ce type de contrat est aussi un bon moyen pour recruter les futurs collaborateurs.

Votre organisme bancaire a-t-il régulièrement recours à ce type de contrat ?

Oui, plus de 70 jeunes sont pris en alternance chaque année au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes dans différents domaines: RH, comptabilité, communication, centre affaires…. La grande majorité du recrutement concerne le réseau (pour les particuliers et les entreprises).

Aviez-vous prévu d’embaucher votre alternant à la suite de son contrat de professionnalisation ?

Tout dépend si l’année a été concluante professionnellement. La mobilité géographique et fonctionnelle influence énormément.

Pensez-vous renouveler l’expérience d’un contrat de professionnalisation avec un autre étudiant de cette formation ?

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a renouvelé l’expérience avec cette formation pour l’année 2017-2018.
Mis à jour le  30 janvier 2018